Un baiser, l’addition de Heather et Rose MacDowell

Un baiser l’addition est un bon chick lit, léger, pétillant et plein d’humour qui nous entraîne dans l’univers d’un restaurant chic et branché. Au gré des tribulation d’Erin, le personnage principal, on découvre l’envers du décors : le coup de feu en cuisine, les clients indécis voire désagréables, le véritable ballet des serveurs en salle.

un-baiser-l-addition

 

Titre : Un baiser, l’addition (Turning tables)

Auteures : Heather et Rose MacDowell

Editeur : Presses de la Cité

Pages : 444

Genre : Roman contemporain, littérature américaine, Chick-lit

 

L’histoire


Erin Edwards, trentenaire, responsable dans le domaine du marketing est une vraie working girl. Mais suite à son licenciement, elle se retrouve contrainte d’accepter un job de serveuse à La Roulette, un restaurant branché de New York. Elle connaît bien le monde de la restauration…mais en tant que cliente. Une fois passée de l’autre coté, Erin enchaîne les gaffes et les maladresses sous l’œil ulcéré de Carl, le chef de cuisine et de ses patrons. Cependant, Erin est une battante et va tout faire pour relever le défi.

Mon avis


Un baiser l’addition est un bon roman de chick lit, cocasse et divertissant.

Les auteures, deux jumelles, Heather et Rose MacDowell, ont un œil averti sur le monde de la gastronomie et de la restauration de luxe dont elle dressent ici une petite satire amusante.

Les personnages sont attachants. Non seulement le personnage central d’Erin, dont l’évolution est intéressante, mais surtout l’ensemble de la galerie des personnage secondaires, caricaturaux et réjouissant, dont Heather et Rose MacDowell nous dressent le portrait. Il y a Carl le chef tyranique et imbus de lui meme, Caton le serveur sympathique qui rêve de faire carrière dans le cinéma, Phil le cuisto qui ne vit que pour son boulot, Gina la patronne italienne exubérante et excentrique.

J’ai un peu moins accroché sur la partie romance et le triangle amoureux entre Erin, Phil le cuisinier sexy et Daniel le riche et mystérieux client du restaurant. Je trouve l’histoire d’amour un peu convenue et le happy end sans surprise.

Bref, malgré quelques longueurs, un bon petit roman à conseiller pour les vacances !

 

Informations complémentaires


Extraits

p26

Ma première bouchée a beau être minuscule, la saveur en est très riche, bizarre ; ça ne ressemble à rien à ce que j’ai pu goûter jusqu’ici. Il en faut, du talent, pour surprendre quelqu’un qui a mangé – y compris au restaurant – toute sa vie. Or, chaque bouchée est à la fois une révélation et un message : Carl n’est pas seulement un chef qui terrorise les employés d’un restaurant à la mode. C’est un génie.

p26

On donne un chiffre allant de un à neuf aux clients , selon leur humeur à l’arrivée, et on l’inscrit sur le tableau effaçable à côté du passe-plat. Ceux qui sont au dessous de sept sont considérés comme des « cas graves ». C’est l’ancien second qui a inventé ça. Avant, il était aide-soignant aux urgences.

p57

Allez, quelques règles de base pour être opérationnelle dans les meilleurs délais :

1. Le potage est considéré comme une boisson et doit donc être servi et desservi par la droite comme les autres boissons.

2. La tartine tombe toujours du coté de la confiture.

3. Ne jamais demander « pourquoi ? » (essayer même de se sortit le mot de la tête). Dire à la place « entendu » ou « je m’en occupe tout de suite ».

4. La poignée de la tasse à thé s’appelle une « anse » et doit être positionnée à quatre heures (comme le disent les pilotes, tu vois) à la droite du client.

5. A FAIRE : traiter les commis comme s’ils étaient tous de vieilles tantes pleines de fric. Sois gentille avec eux et tu te feras forcément plus de pourboires.

NE JAMAIS : compter tes pourboires quand on peut te voir depuis le restau. Pique une colère après, et en privé.

A FAIRE : laisser affleurer l’infirmière psy que tu caches au fond de toi et employer un ton de voix apaisant avec les clients malpolis.

NE JAMAIS : répondre sincèrement quand on te demande si ça te plaît de travailler à La Roulette. Tu adores ton métier et tu as l’intention de rester là toute ta vie. Non ?

NE JAMAIS : replier la serviette d’un client et la replacer sur la table, mais toujours la remplacer par une propre.

TOUJOURS : remercier ta bonne étoile. Il y a pire comme boulot, genre vendre des chaussures pour femme dans un grand magasin ou tailler des arbres dans l’Oklahoma en plein mois de décembre. Crois-moi sur parole.

 

Publicités

5 réflexions sur “Un baiser, l’addition de Heather et Rose MacDowell

  1. Pingback: Bilan lecture du mois de Mai | Nos lectures pour les enfants et pour les parents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s