Peter Pan de James Matthew Barrie

Toujours impliqués dans le blog, mes enfants ont eu envie de participer au mois anglais par la lecture de Peter Pan. Ce conte de l’écossais James Matthew Barrie met en scène 3 petits londoniens Wendy, John et Mickael qui vont découvrir, avec Peter Pan, le pays imaginaire et y vivre des aventures extraordinaires. Loin de l’image épurée et joyeuse donnée par Disney, Peter Pan mêle féerie et rudes scènes de combats. Ce roman jeunesse peut avoir différents niveaux de lecture selon l’age du public.

peter-pan

 

Titre : Peter Pan

Auteur : James Matthew Barry

Editeur : Librio

Pages : 143

Année de parution : 1911

Genre : littérature jeunesse, littérature anglaise, classique, conte

L’histoire


Wendy, John et Mickael vivent à Londres et sont heureux avec leurs parents, Mr et Mme Darling, et leur nounou, la chienne Nana. Un soir, Wendy découvre un jeune garçon dans leur chambre. Profitant de l’absence de Mr et Mme Darling et de Nana, il est entré par la fenêtre. C’est Peter Pan, un jeune garçon qui refuse de grandir et qui a quitté ses parents pour aller vivre au pays imaginaire, au Pays du Jamais (Neverland). Wendy et ses frères acceptent de l’accompagner là bas et s’envolent avec lui direction la deuxième étoile à droite puis tout droit jusqu’à l’aube.

Au pays du Jamais, il n’y a pas de fille. Wendy joue donc le rôle de maman pour tous les garçons perdus. Mais un grand danger les guette : le méchant capitaine Crochet, le terrible pirate, capitaine du Jolly Rogers, veut tuer Peter Pan et sa bande. Un dur combat va les opposer…

 

Notre lecture en famille


L’avis de Maelly (7 ans 1/2)

J’ai adoré les aventures de Peter Pan. J’ai trouvé cet univers féerique même si l’histoire était un peu triste.  Il y avait plein de personnages et beaucoup de rebondissements dans l’histoire.

Mon passage préféré est quand Peter Pan et les enfants s’amusent au Lagon des sirènes.

Mon avis : avis1

L’avis de Brucewainely (9 ans)

J’ai moyennement aimé ce livre que j’ai trouvé un peu ennuyeux et pas amusant. Malgré tout, j’ai bien aimé le passage ou Peter Pan parle de ses parents et explique pourquoi il est parti au Pays Imaginaire.

Mon avis : avis3

Mon avis de maman

Ne connaissant Peter Pan que par ses adaptations (dessin animé de Disney, film Hook de 1991, film Peter Pan de 2003), je ne m’attendais pas à une telle lecture. Loin du récit joyeux d’un roman jeunesse, j’ai trouvé une histoire assez triste et des personnages avec beaucoup de profondeur.

Peter est un enfant qui a refusé de grandir. Découvrant un jour les projets que ses parents avaient pour son avenir, il a quitté la maison. Le fait qu’en son absence, ses parents l’aient remplacé en ayant un autre enfant l’a poussé à haïr les adultes.

Peter représente l’enfance comme la définit James Matthew Barrie « Il en sera toujours ainsi, aussi longtemps que les enfants seront joyeux, innocents et sans cœur »

  • il est joyeux dans le sens ou il représente un monde fantastique, imaginaire, ou les enfants passent leurs journées à jouer et ou les sirènes font des bulles avec des bouts d’arc en ciel ! D’ailleurs Peter le dit lui même « je suis la jeunesse, je suis la joie […] je suis le petit oiseau qui vient de briser sa coquille »
  • il est innocent en ce qu’il ne connaît finalement pas le monde réel. Ainsi, alors que Wendy est blessée, il demande à un garçon perdu de jouer le rôle du docteur et de faire semblant de la guérir. De même, il ne se rend pas toujours compte des dangers qu’il courre ou fait courir à ses amis. Ainsi, lors de son duel avec Crochet, il le laisse ramasser son arme pour poursuivre le combat. Pour lui, tout n’est qu’un jeu.
  • Mais Peter est aussi sans cœur et égoïste. Il est le centre de son univers et ne se préoccupe que de lui même. D’ailleurs, il oubliera même Wendy à qui il avait pourtant promis de revenir tous les enfants, et il la remplacera sans regret par sa fille puis par sa petite fille.

A l’opposé de Peter, on a le Capitaine Crochet présenté comme « l’être le plus noir et le plus impressionnant de ce sombre tableau ». Crochet représente l’age adulte : il a de bonne manières, est courageux mais est également terriblement triste et fourbe. Ainsi, ne parvenant pas à se débarrasser de Peter à la loyale, il tente de le tuer sournoisement en versant du poison dans le médicament que Wendy lui administre chaque jour.

Comme tout être qui vit et qui vieillit, Crochet a une épée de Damoclès au dessus de la tête : la mort. Elle est parfaitement représentée par ce crocodile qui le poursuit partout et dont le tic tac décompte les minutes le rapprochant de l’heure de la mort. D’ailleurs on peut noter que, alors qu’ils combattaient en duel, Peter Pan ne le poignarde pas mais simplement le fait basculer…droit dans la gueule du crocodile. N’est ce pas un signe que Crochet avait fait son temps et qu’il a été poussé dehors par un plus jeune qui a pris sa place ?

La fée Clochette, loin de la gentille petite fée de Disney, est prête à tout pour Peter dont elle est follement amoureuse. Elle n’hésite ni à tenter de tuer Wendy, ni a sacrifier sa propre vie pour sauver Peter. Mais son amour est vain, Peter n’est qu’un enfant, très loin de toute idée d’amour.

Wendy, elle, représente l’image de la mère. Au début du roman, elle semble plutôt dans une logique amoureuse « Soudain Wendy se sentit femme de la tête aux pieds – même si cette distance n’était pas très grande. S’approchant de Peter, elle lui annonça qu’elle lui donnerait un baiser s’il en avait envie. » Mais très vite, Peter la place dans un autre rôle en décrétant qu’elle va être leur maman et leur racontera des histoires. Elle est donc adoptée comme telle par tous les enfants perdus et même les pirates. Elle est raisonnable, sensée et réfléchit aux conséquences de ses actes. C’est d’ailleurs elle qui met fin à l’aventure en demandant à rentrer chez elle pour éviter de faire souffrir ses parents. Le roman s’achève sur l’image de Wendy devenue une véritable maman. La boucle est bouclée !

Le style narratif de James Matthew Barrie est original, on a l’impression d’être face à un conteur qui s’adresse directement à nous.

En conclusion, si cette histoire ne m’a pas enthousiasmée, elle m’a toutefois beaucoup intéressée par toutes les possibilités de lecture qu’elle ouvre.

Publicités

9 réflexions sur “Peter Pan de James Matthew Barrie

  1. Effectivement, une histoire à plusieurs niveaux. Je l’ai également lue adulte et je trouve ton analyse très intéressante, il y a certaines choses qui m’avaient échappé comme le crocodile qui représente le temps qui passe, la mort…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s