Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre est un grand classique de la littérature anglaise que j’avais lu il y a de nombreuses années avant de voir plusieurs adaptations télévisées. Si, à l’époque, je m’étais attachée à l’histoire d’amour tourmentée de Jane et Edward Rochester, aujourd’hui ma relecture a plutôt été marquée par le côté féministe de ce roman.

Publié en 1847, sous le pseudonyme de Currer Bell, Jane Eyre met en effet en scène une héroïne résolument féministe, revendiquant son indépendance, son droit d’agir, d’aimer et d’être aimée.

jane-eyre

 

Titre : Jane Eyre

Auteur : Charlotte Brontë

Éditeur : Folio Clasique

Pages : 832

Année de parution : 1847

Genre : classique, littérature anglaise

 

L’histoire


Jane Eyre est une jeune orpheline placée sous la tutelle de sa tante Mme Reed, qui la déteste et la maltraite. Elle place l’enfant dans un pensionnat, institution de charité extrêmement strict ou les enfants sont brimés et affamés. Intelligente et assoiffée de connaissances, Jane y poursuit ses études jusqu’à obtenir elle-même un poste d’enseignante. Mais rêvant de nouveaux horizons, elle postule à un poste de préceptrice au manoir de Thornield ou elle s’occupe de la pupille de Mr Rochester, un homme ombrageux. Jane se plaît en ces lieux et finit par s’éprendre de Mr Rochester. Cependant, un mystère plane sur la demeure…

A noter : la suite de cette chronique dévoile en grande partie l’histoire donc attention si vous n’avez pas lu le roman ou vu le film et que vous souhaitez garder le mystère  du dénouement !

Mon avis


Cette toute jeune femme (il ne faut pas oublier qu’à la fin du roman, Jane Eyre a à peine 20 ans), d’apparence menue et effacée, fait preuve d’un caractère bien trempé. Dès son plus jeune age, malgré la tyrannie de sa tante Mrs Reed et malgré les brimades endurées au pensionnat de Lowood, elle garde la tête haute et ses convictions. Elle ne cesse de clamer sa liberté d’être, de penser et d’aimer et agit en conséquence. Elle est dotée d’une grande intelligence et d’une soif d’apprendre marquée tout au long du récit.

Jane Eyre n’est pas une héroïne accomplissant des actes de bravoure et luttant pour des causes désespérée. C’est une jeune femme simple, discrète, réfléchie, ancrée dans la réalité de son époque et féministe du quotidien, ce qui, à mon sens est encore plus transgressif. Elle révèle, dès l’enfance et tout au long de son parcours, une force de caractère impressionnante, dissimulée sous une apparente politesse et sérénité. Elle est prête à  tout perdre plutôt que de se laisser dicter ses actes et ses opinions.

J’ai trouvé que la rencontre de Jane Eyre et d’Edward Rochester est, en quelques lignes, un résumé de leur histoire et est également une parabole féministe. En effet, lorsqu’ils se croisent, lui est à cheval et donc la domine. Mais il est désarçonné et tombe de cheval (il avouera plus tard l’effet qu’elle avait produit sur lui). Elle, toujours calme, lui propose son aide. Déjà il la manipule en découvrant son identité sans, de son côté, lui révéler qu’il est le maître de Thornfield. Si, au départ il refuse son aide et donne l’impression de gérer la situation en la commandant, finalement il va devoir s’appuyer sur elle pour repartir.

J’ai aimé l’antagonisme entre Rochester et St John. A priori Rochester se présente comme le cavalier noir, sombre et mystérieux, au physique peu attrayant, qui a vécu une vie dissolue, alors que St John, pasteur dévoué à sa cause, âme charitable et bel homme serait le chevalier blanc. Dans la 1ere partie du récit, Rochester manipule Jane à plusieurs reprise : lorsqu’il se déguise en voyante pour sonder ses sentiments, lorsqu’il lui fait croire qu’il va épouser.  Mlle Ingram et enfin, lorsqu’elle lui fait part de l’apparition (de Bertha) dans sa chambre la nuit précédant le mariage, il lui laisse entendre qu’elle a rêvé, l’infantilisant presque. Traîtrise suprême, il la mène jusqu’à l’autel alors qu’il est déjà marié. C’est ce qui poussera Jane à fuir et qui, indirectement, mènera Rochester à sa déchéance physique et matérielle.

Au contraire St John apparaît comme le sauveur qui recueille Jane puis la pousse à trouver un emploi où ses qualités intellectuelles seront employées à leur juste valeur. C’est lui qui lui permet d’accéder à l’héritage de son oncle dont elle n’avait pas connaissance. Mais derrière cette façade, St John ne la voit que comme un outil, un moyen d’accomplir ses objectifs personnels et sa mission en Inde. Il crée un lien de domination envers Jane et s’offusque lorsque celle-ci se rebelle et refuse de lui obéir.

Là ou Rochester a agit par amour, St John agit par ambition. L’un l’aime et l’autre non. Au final, l’image des deux hommes s’inverse totalement : Rochester laisse à Jane la liberté de ses choix. Leur couple est désormais basé sur l’égalité et la réciprocité.

Face à cette « rédemption », l’auteure accorde à Rochester de recouvrer en partie la vue. Au contraire, les dernier mots du roman sont de mauvaise augure pour St John, devenu un personnage antipathique.

Finalement, les épreuves qu’a du surmonter Jane lui ont permis d’accéder à la vie qu’elle souhaitait. Si le 1er mariage avait eu lieu, il n’aurait pas été totalement conforme à ses attentes. Rochester y aurait gardé la position dominante : maître des lieux, détenteur de la fortune du couple, employeur de Jane, expérience plus poussée qu’elle grâce à ses voyages et à sa connaissance du monde. En le quittant, elle a pu se libérer de cette domination, se forger sa propre expérience, se trouver une famille et subvenir seule à ses besoins. C’est donc en position d’égale qu’elle peut enfin retrouver Rochester. D’ailleurs, elle n’hésite pas à inverser les rôles et, tout comme lui l’avait rendue jalouse avec Mlle Ingram, elle attise sa jalousie en lui parlant de St John.

Pour en finir, j’ai trouvé que la formule utilisée par Jane pour annoncer son mariage n’est pas anodine « Lecteur, je l’ai épousé ». Jane ne s’est pas simplement mariée avec Rochester, c’est ELLE qui l’a épousé. Jane Eyre a définitivement pris les rennes de son destin.

 

mois-anglais-bannièreLivre lu dans le cadre du Mois anglais organisé par Cryssilda et Lou. 

challenge-1-pave-par-mois

Livre lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois de Bianca

Publicités

21 réflexions sur “Jane Eyre de Charlotte Brontë

  1. Très belle chronique ! J’avais remis Jane Eyre dans PAL et j’ai encore plus envie de l’en sortir grâce à toi !
    Tu as de très bonnes analyses. Comme quoi relire des romans amène de nouvelles réflexions !
    Edward Rochester est certainement l’homme de mes rêves (il a un seul défaut…il est fictif ! ).

    L’édition que tu présentes est magnifique et représente bien l’idée de liberté inconditionnelle mise en avant par le roman.

    Aimé par 1 personne

    • Merci ! C’est ce qui est agréable avec les livres, surtout les excellents romans comme celui-ci, c’est qu’à chaque relecture, selon notre age ou nos grandes étapes de vie, on peut en avoir une vision différente, découvrir de nouveaux aspects des personnages et de l’histoire.

      Aimé par 1 personne

    • Je te le conseille +++++ car c’est vraiment un excellent roman avec à la fois un coté sombre (la première partie sur l’enfance de Jane est vraiment effroyablement triste), un côté romantique, un côté féministe…
      Le seul hic est le nombre de pages qui nécessite d’avoir un peu de temps devant soi pour la lecture !

      Aimé par 1 personne

  2. Jolie analyse ! J’adore le personnage de Jane, sa force de caractère malgré les épreuves qu’elle endure ! Un gros coup de cœur pour moi que j’ai beaucoup relu au lycée et à la fac et que j’ai très envie de (rererere…)lire depuis de nombreuses années mais sans trouver le temps… ni le courage… Trop peur d’écorner le souvenir que j’en ai gardé mais ton avis me redonne confiance et envie !

    Aimé par 1 personne

    • Je comprend ta crainte : la lecture d’un livre qu’on a adoré autrefois peut parfois se révéler décevante et, comme tu le dis, écorner le bon souvenir qu’on en avait !
      Quand au problème de temps….je dois avouer que…j’ai lu un peu en diagonale certains passages de description de paysages pour accélérer le rythme de lecture ! 😉

      J'aime

  3. Très belle chronique ! Cela arrive parfois de se rendre compte qu’on est totalement passé à côté d’une thématique lors d’une relecture, tout dépend de l’état d’esprit dans lequel on était lors de la première découverte, peut-être de l’âge aussi. Mais quel livre, quelle héroïne. On a envie de stabiloter chacune de ses phrases =)
    Concernant les films/séries, j’ai aussi beaucoup apprécié le film avec Mia Wasikowska et Michael Fassbender.

    Aimé par 1 personne

  4. très jolie et juste analyse de ce roman. J’ai adoré ce livre moi aussi. Je n’avais pas du tout pensé à cette phrase et à ce que cela impliquait « je l’ai épousé » : c’est vrai que Jane Eyre a fini par prendre son destin en main et a être heureuse avec l’homme qu’elle aime. Une héroïne forte de la littérature.

    Aimé par 1 personne

  5. J’ai adoré la mini série de la BBC ! J’ai totalement craqué pour Rochester mon homme idéal ❤ ❤ ❤
    Après avoir lu ton billet, je me dit qu'il faut vraiment que je le lise, en plus il traine sur les étagères de chez moi depuis des années ! Et ton analyse est super !

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: La nuit des temps de Barjavel | Nos lectures pour les enfants et pour les parents

  7. Pingback: Challenge Un pavé par mois : livres lus en juillet et août 2017 – des livres, des livres !

  8. Pingback: Bilan lecture du mois de Juin | Nos lectures pour les enfants et pour les parents

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s