Lance – Métaphysique du vampire, une nouvelle de Jeanne A. Debats

Pour mon défi lecture 2018, il me fallait lire un roman du genre Urban Fantasy. Après avoir cherché la définition sur Babelio, j’ai choisi de lire Lance, une nouvelle du recueil Métaphysique du vampire de Jeanne A. Debats que j’avais justement dans ma liseuse.

Lance-metaphysique-du-vampire

Titre: Lance – Métaphysique du vampire

Auteur : Jeanne A Debats

Éditeur : Helios

Pages : 54

Année de parution : 2017

Genre : Fantastique, Urban Fantasy, Nouvelle, littérature française

 

L’histoire


Navarre, alias Raphaël est un drôle de vampire. Non seulement il est vieux et immortel, mais il entretient un rapport ambigu avec le Vatican. Pour tout dire, il travaille en sous-main pour lui… comme espion assassin. Avec ses dons de vision, ses capacités surnaturelles, il ne peut être qu’un agent hors normes !

En 1936, il est contraint de faire équipe avec un Lancelot vieux de mille ans pour sauver une princesse des griffes d’un dragon invoqué par les nazis.

 

Mon avis


Ne connaissant pas du tout le terme de Urban Fantasy, j’ai jeté un coup d’œil à la définition donnée par Babelio : « Sous genre du fantastique et de la fantasy, l’urban fantasy ou fantasy urbaine est un genre littéraire où des créatures féeriques et mythologiques vivent dans un centre urbain dont le niveau technologique peut varier entre la fin du XIXe siècle et le XXIe siècle. Magie et technologie constituent la double trame de fond de ces œuvres. »

Néanmoins j’ai été très étonnée à la lecture de cette nouvelle de Jeanne A. Debats car son vampire est vraiment très différent de ceux que la littérature contemporaine et les séries/films actuels en donnent. On est très loin de l’image romantique du vampire qui a retrouvé une part d’humanité et qui est capable d’aimer.

Ici Raphaël, aussi appelé Navarre est un véritable vampire, solitaire et un peu rebelle. Il se délecte du sang de ses victimes, est obsédé par le sexe, use de tous les pouvoirs que lui confère son état de vampire, boit, jure à tout va, parjure… Il est très loin de l’image du héros. Quand à son compagnon de voyage, Lancelot, qu’il réveille après un sommeil de 1000 ans, il est, lui aussi, loin du preux chevalier de la légende. Ce Lancelot, un peu béta, est plus porté à la parole qu’à l’action et ne sait ni courir, ni nager, ni grimper !

Pour autant, ces deux anti-héros vont se lancer dans une véritable quête pleine de rebondissements et de combats face à des créatures surnaturelles en pleine période de montée du nazisme avant la seconde guerre mondiale. Cette partie de l’histoire aurait mérité, à mon avis, plus de développement en particulièr le combat contre le dragon et les nazis qui est vraiment succinct.

L’histoire est narrée par Raphaël sur un ton mordant et plein d’ironie. Il est très cynique sur le monde qui l’entoure, sur ses « employeurs » du Vatican, sur ses congénères. Ses répliques et ses pensées s’enchaînent, toujours pleines de sarcasmes.

Au final, cet humour noir constant m’a déstabilisée et j’ai eu du mal à rentrer dans cette lecture. Je ne pense pas lire les autres nouvelles de Métaphysique du vampire car je n’ai pas accroché au personnage ni  à l’histoire. Par contre, j’ai très envie de découvrir le coté plus science fiction de cette auteure, en particulier son roman « La vieille anglaise et le continent ».

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s