Tu me trouveras au bout du monde, de Nicolas Barreau

Dans notre quotidien ou l’on raccourcit nos messages à des SMS ou aux 280 caractères de Twitter, les lettres d’amour ont-elles encore une place ? C’est sur cette idée que Nicolas Barreau a construit cette histoire qui fait la part belle aux échanges épistolaires.

Ayant apprécié La vie en Rosalie et Le sourire des femmes, je me suis plongée dans ce livre en espérant y retrouver le charme de ces jolies petites comédies romantiques.

tu-me-trouveras-au-bout-du-monde

Titre : Tu me trouveras au bout du monde (Du findest mich am Ende der Welt)

Auteur : Nicolas Barreau

Editeur : Le livre de poche

pages : 264

Date de parution : 2015

Genre : Contemporain, littérature allemande

 

L’histoire (4ème de couverture)


Lorsque Jean-Luc Champollion, jeune galeriste de talent et don Juan à ses heures, reçoit la lettre d’une énigmatique correspondante, ce ne sont que les prémices d’un irrésistible jeu de piste amoureux. Que désire cette femme qui distille savamment les indices et tarde à se dévoiler ? Comment la convaincre de tomber le masque ? Jean-Luc devra-t-il aller jusqu’au bout du monde pour la tenir enfin dans ses bras ?
Après l’immense succès du Sourire des femmes, Nicolas Barreau nous offre un savoureux marivaudage contemporain servi par une langue galante et inventive. Un pur moment de bonheur !

 

Mon avis


Comme toujours, Nicolas Barreau place son histoire dans un cadre parisien poétique, à la façon des comédies romantiques hollywoodiennes.

La nuit approchait déjà. Alors que j’empruntais en flânant une des allées sablonneuses des Tuileries, jalonnées de hauts arbres, je sentis le calme s’installer peu à peu en moi. Je humais profondément le parfum des fleurs de marronnier, je considérais mon chien qui s’ébattait. Tout était si paisible que, l’espace d’un instant, j’eus le sentiment de me promener dans un tableau de Monet.

Jean Luc Champollion, le personnage principal, descendant direct de l’égyptologue Jean-François Champollion qui déchiffra la pierre de Rosette, est un « dandy », galeriste, homme de goût, Don Juan et célibataire endurci. Lorsqu’il reçoit une lettre d’amour enflammée signée d’une mystérieuse Principessa, il tombe immédiatement sous le charme. S’en suivent de longs échanges épistolaires, dans un langage châtié, parfois même un peu désuet, mais terriblement romanesques.

Aidé de ses deux amis, Jean-Luc tente de démasquer quelle femme parmi son entourage se cache sous le pseudonyme de Principessa. Cette quête de l’amour le mènera jusqu’au bout du monde !

Ce roman de Nicolas Barreau est une bulle de douceur et de romantisme, comme un petit bonbon sucré. Malheureusement, il lui manque une touche d’acidité pour en relever la saveur. Même si j’ai eu plaisir à le lire, je l’ai moins apprécié que les deux précédents. J’ai trouvé le style, d’habitude fluide, un peu plus lourd, en particulier la prose des lettres qui m’a parue trop soutenue pour être crédible. La fin est également un peu prévisible.

 

Informations complémentaires


Bibliographie de Nicolas Barreau

Sous le pseudonyme de Nicolas Barreau se cache un auteur franco-allemand qui travaille dans le monde de l’édition. Il est l’auteur de :

  1. Le sourire des femmes (2014)
  2. Tu me trouveras au bout du monde (2015)
  3. La vie en Rosalie (2016)
  4. Un soir à Paris (2017)
  5. Le café des petits miracles (2018)

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s