La rêveuse d’Ostende d’Eric-Emmanuel Schmitt

Ayant bien aimé mes précédents lectures d’Eric Emmanuel Schmitt et ayant eu à quelques reprises l’occasion de profiter du soleil sur la plage d’Ostende, ce livre avait tout pour me plaire. Ce n’est qu’en le débutant que j’ai remarqué qu’il s’agissait d’un recueil de 5 nouvelles. Tant mieux car c’est un genre littéraire que j’apprécie et je trouve qu’Eric Emmanuel Schmitt y excelle.

la-reveuse-d-ostende

Titre : La rêveuse d’Ostende

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt

Editeur : Le livre de poche

Pages : 246

Date de parution : 2007

Genre : Littérature française, Contemporain, Nouvelles

 

L’histoire (4eme de couverture)


Pour guérir d’une rupture sentimentale, un homme se réfugie à Ostende. Sa logeuse, une vieille dame solitaire et mystérieuse, Emma Van A., se confie peu à peu à lui et, un soir, finit par lui avouer son grand secret : une étrange et incroyable passion amoureuse. Fiction ou réalité?

Cinq histoires – « La rêveuse d’Ostende », « Crime parfait », « La guérison », « Les mauvaises lectures », « La femme au bouquet » – où Eric-Emmanuel Schmitt montre le pouvoir de l’imagination dans nos existences.

 

Mon avis


J’ai à nouveau beaucoup apprécié la plume fluide et sensible d’Eric Emmanuel Schmitt. Au travers de ces 5 nouvelles, très variées, il nous amène à nous questionner sur des grands thèmes : l’imagination s’oppose-t-elle à la réalité ? L’imagination peut-elle influer la réalité ? Dans les rapports humains, comment jauger la réalité d’un sentiment ? Ce que nous percevons de l’autre n’est-il pas nécessairement influencé par notre imagination, notre vécu, nos émotions, le regard des autres ?

Si j’ai pris plaisir à lire chacune de ces nouvelles, certaines m’ont plu beaucoup plus que d’autres.

La rêveuse d’Ostende

C’est la nouvelle principale de ce recueil, la plus longue, la plus construite et celle que j’ai préférée.

A l’occasion d’un séjour à Ostende, le narrateur, un écrivain à succès, loge chez une dame âgée et infirme, personnage étrange et très cultivé avec qui il se lie d’amitié. Alors que l’entourage de cette femme la décrit comme une vieille fille qui ‘a jamais connu l’amour, celle-ci au contraire, raconte au narrateur l’histoire d’amour passionnée et secrète qu’elle a vécu avec un homme célèbre. Cette histoire est-elle réelle ou inventée ? A-t-il eu affaire à une mythomane ?

Dans cette nouvelle pleine de sensualité, EE Schmitt nous brosse, avec finesse et élégance, un beau portrait de femme. Il nous pose la question des apparences : peut-on s’y fier ou faut-il aller au-delà ?

Crime parfait

Ici Eric Emmanuel Schmitt nous présente une femme qui vivait une relation paisible avec son époux jusqu’à ce qu’une de ses voisines laisse entendre qu’il la trompe. L’image qu’elle avait de son mari va alors peu à peu se transformer, se dégrader. Alors qu’en apparence, c’est un couple parfait, elle va se mettre à le haïr jusqu’à le tuer. Mais cette adultère était-elle réelle ou le fruit de son imagination ?

 

Cette nouvelle nous montre combien chaque petit détail du quotidien peut être interprété totalement différemment selon notre état d’esprit, combien la réalité peut être totalement différente de ce que l’on imagine. Par la force de la pensée négative, un grand amour peut se transformer en haine. On est face à un cercle vicieux qui amène au doute, à l’incompréhension et au désamour.

La guérison

Encore un portrait de femme avec cette infirmière qui néglige son apparence car ne s’aime pas et pense ne pas être séduisante et désirable. Parmi ses patients, un homme, tétraplégique et aveugle, va la séduire et la pousser à redécouvrir sa sensualité.

Contrairement à la nouvelle précédente,on voit ici la force de la pensée positive. A cause des remarques de sa mère, cette femme manquait de confiance en elle. Mais il aura suffit d’une seule personne avec une attitude positive pour l’aider à vaincre ses complexes. On est face à un cercle vertueux : on lui dit qu’elle est belle, elle se sent bien et fait des efforts qui améliorent son apparence et la rendent belle ce qui attire d’autres compliments d’autres personnes…

Les mauvaises lectures

Un homme qui se refuse à lire autre chose que des documentaires et ne donne aucune part à l’imagination, se laisse un jour tenter par la lecture d’un thriller. Hélas, le pouvoir de l’imagination était peut-être trop fort pour lui et il va mélanger réalité et fiction

J’ai trouvé cette nouvelle assez brève et moins marquante que les précédente. Eric Emmanuel Schmitt nous présente ici un cas ou l’imagination peut tromper. Tout en étant exagérée dans les faits, je la trouve assez juste dans sa réflexion sur le pouvoir de l’imagination.  Car, qui n’a jamais sursauté au moindre petit bruit dans la maison juste après avoir vu un film d’épouvante ou lu et thriller angoissant  ?

La femme au bouquet

Un homme s’interroge sur la raison de la présence d’une femme avec un bouquet tous les jours à la même heure sur le quai de la gare, depuis des années. Qui attend-elle et pourquoi ?

J’ai trouvé cette cette nouvelle trop brève et un peu moins intéressante que les précédentes.

Au final, un très agréable moment de lecture.

 

Informations complémentaires


Bibliographie d’EE Schmitt

Quelques unes de ses oeuvres :

  • Milarepa,
  • La rêveuse d’Ostende,
  • Les deux messieurs de Bruxelles,
  • Concerto à la mémoire d’un ange (prix Goncourt de la nouvelle),
  • Odette Toulemonde et autres histoires,  
  • Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran,
  • Oscar et la dame rose,
  • L’Enfant de Noé,
  • Le sumo qui ne pouvait pas grossir,
  • Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus,
  • Lorsque j’étais une œuvre d’art,
  • Ulysse from Bagdad,
  • La Femme au miroir,
  • Les Perroquets de la place d’Arezzo,
  • Le poison d’amour ,
  • La nuit de feu,
  • L’élixir d’amour
  • L’homme qui voyait à travers les visages

A propos de l’auteur

Eric Emmanuel Schmitt est né en 1960 de parents professeurs. Élève dissipé, il se découvre une passion pour le théâtre lors d’une représentation de Cyrano de Bergerac. Il commence alors à rédiger de courtes pièces qu’il met en scène dans son lycée. Il poursuit ses études à l’Ecole Normale Supérieure et ressort agrégé de philo en 1987. Il enseigne la philo tout en continuant d’écrire des pièces de théâtre. En 1991 sa 1ere pièce La Nuit de Valognes est jouée à la Comédie des Champs-Elysées. Il enchaîne avec Le Visiteur, qui lui vaut deux Molières. A partir de 2000, Eric Emmanuel Schmitt, commence l’écriture de romans et de nouvelles. Là aussi, il rencontre le succès : il a été traduit en 40 langues et joué dans plus de 50 pays. En 2012, il acquiert le Théâtre Rive Gauche à Paris dont il devient le directeur artistique. Il rentre également à l’Académie Française.

15 commentaires

  1. Je ne connaissais pas ce recueil mais toutes les histoires ont l’air intéressantes. Au vu de ton article, je pense qu’il pourrait me plaire. Merci pour la découverte !

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai lu que La part de l’autre de cet auteur que j’avais aimé mais qui pouvait être assez dérangeant : on a la vision du vrai Hitler dans un chapitre puis d’un Hitler imaginé (un Hitler reçu aux Beaux-arts).
    Je me note donc ces nouvelles car tu me donnes envie de les lire et de découvrir un peu plus cet auteur !

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Gaëtane,
      Je n’ai pas lu La part de l’autre ni ses romans traitant de son rapport à Dieu et à la religion qui peuvent, effectivement être plus dérageant.
      J’ai beaucoup aimé ses recueils de nouvelles « Les deux messieurs de Bruxelles » sur le thème de l’amour (amour/passion, amour/haine, amour/amitié) et La reveuse d’Ostende sur le thème de l’imaginaire. « L’elixir d’amour » qui envisage les différentes facettes de l’amour m’a un peu moins plu.
      Ensuite j’aimerai bien lire Odette Toulemonde, qui est dans ma PAL et dont j’ai bien aimé l’adaptation au cinéma avec Catherine Frot et Albert Dupontel.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s