Samedi c’est poésie : Chaleur d’Anna de Noailles

Il fait beau, il fait chaud… et même très chaud ! Pour fêter cet été ensoleillé (voire caniculaire par endroit), j’ai choisi un poème d’Anna de Noailles intitulé Chaleur. Cette , comtesse française d’origine roumaine (1876-1933) qui tenait salon avec l’élite intellectuelle, littéraire et artistique de l’époque, se distingua grâce à de nombreux recueils de poèmes et créa un prix qui deviendra par la suite le prix Fémina (source Wikipédia).

sky clouds cloudy earth
Photo by Pixabay on Pexels.com

Chaleur


Tout luit, tout bleuit, tout bruit,
Le jour est brûlant comme un fruit
Que le soleil fendille et cuit.

Chaque petite feuille est chaude
Et miroite dans l’air où rôde
Comme un parfum de reine-claude.

Du soleil comme de l’eau pleut
Sur tout le pays jaune et bleu
Qui grésille et oscille un peu.

Un infini plaisir de vivre
S’élance de la forêt ivre,
Des blés roses comme du cuivre.

Anna de Noailles (« L’ombre des jours » – Editions Calmann-Lévy, 1902)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s