Tous en choeur de Gill Hornby

Un petit cadeau de ma Maman qui voulait m’offrir un livre feel good pour une lecture douce et de détente. La couverture colorée et pétillante de Tous en choeur lui a tout de suite sauté aux yeux dans les rayons de la librairie, d’autant qu’elle avait beaucoup aimé le roman précédent de Gill Hornby La reine des abeilles.

tous-en-choeur.jpg

Titre : Tous en choeur    (All together now)

Auteure : Gill Hornby

Editeur : France Loisirs

Pages : 384

Parution : 2017

Genre : Littérature anglaise, Contemporain

 

L’histoire  (4ème de couverture)


Dans la petite ville anglaise de Bridgford, les magasins de la grand-rue ferment un à un, le café se vide, un seul supermarché subsiste et la chorale se dépeuple. La ville perd son âme.

Pour lutter contre la morosité, quelques quinquas en manque d’affection décident que la chorale participera aux championnats du comté. Sous la coupe d’Annie, pilier de la communauté, ils cherchent à recruter de nouveaux talents : Tracey, qui dissimule son passé et tente d’élever son fils, Bennett, transfuge des chœurs de l’église, récemment divorcé, et Jazzy, une jeune femme qui croit que sa voix lui permettra d’échapper à la tristesse de Bridgford.

Réussiront-ils à se sauver et à sauver leur ville ?

 

Mon avis


J’ai passé un bon moment avec ce roman feel good qui met du baume au cœur et donne envie de chanter.

La chorale du petit bourg anglais de Bridgeford subit bien des déboires : elle est en manque de chanteur et Constance, la chef de chorale, vient d’avoir un grave accident de voiture. Annie, membre fondateur du groupe, décide alors de recruter, d’autant que, pour susciter l’intérêt du public, la chorale s’est inscrite au Championnat du Comté. Grâce à sa ténacité, qui va jusqu’à obliger les nouvelles recrues à venir en allant les chercher toutes les semaines en voiture, la chorale va peut à peu reprendre vie. Ce n’est tout de même pas sans mal : personne n’est d’accord sur le programme entre les anciens qui veulent chanter « la mélodie du bonheur », les jeunes qui réclament « Happy » de Pharel Williams, et les autres qui optent pour la musique classique… Les répétitions donnent lieu à une véritable cacophonie, il n’y a aucune organisation ! Heureusement, progressivement des liens vont se nouer entre les chanteur : amitié, entraide… Et cela rejaillit même sur le reste de la ville.

Ce roman choral met en scène de très nombreux personnages :

  • Annie qui s’occupe trop des autres et s’oublie elle même
  • Tracey, mère célibataire d’un gaillard de 22 ans, qui jongle entre les petits boulots. Fan de hard rock et de heavy métal, elle est une formidable chanteuse mais a un caractère très solitaire et a du mal à faire confiance. De plus, elle semble cacher des secrets sur son passé.
  • Bennett, divorcé, au chômage, complètement paumé et nul en relations humaines. Cet excellent chanteur va démarrer une nouvelle vie grâce à la chorale.
  • Jasmine, dite Jazzy, une jeune fille malmenée par la vie
  • Louis, très impliqué dans la chorale mais piètre chanteur
  • Katie, la fille de Louis, 19 ans 1/2 et clouée dans un fauteuil roulant ce qui l’isole des autres
  • Judith, touche à tout de 30 ans qui cherche l’amour
  • Pat et Lynn les deux commère de 70 ans, fans de chant classique et religieux
  • Maria, excellente chanteuse et star du groupe
  • Mrs Coles « la prof de piano locale : on lui attribuait l’anéantissement de toute vocation musicale sur plusieurs générations à Bridgeford »

J’ai beaucoup aimé découvrir ces différents personnages et voir des liens se nouer entre eux. J’ai apprécié aussi le contexte de la petite ville de Bridgeford, touchée par le chômage, la paupérisation et le dépeuplement. Le dynamisme de la chorale va permettre de donner un nouveau souffle à cette bourgade.

J’ai encore plus apprécié ce roman que La reine des abeilles, le précédent livre de Gill Hornby. L’auteure y fait d’ailleurs un petit clin d’oeil en indiquant que Saint Ambrose est l’école de Bridgeford.

 

Informations complémentaires


Biographie Gill Hornby

Gill Hornby, journaliste, a tenu une chronique  dans le Daily Télégraph puis dans le Guardian. Mère de quatre enfants, elle est la soeur de l’écrivain Nick Hornby. Elle vit avec son mari, le romancier Robert Harris, dans le Berkshire. Son 1er roman est La reine des abeilles publié en 2013.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s