Le malade imaginaire de Molière

Dans le cadre du challenge solidaire de Babelio qui permet de collecter de l’argent pour une association en échange de la lecture de grands classiques, j’ai eu envie de relire du Molière. Un peu par hasard, j’ai opté pour Le malade imaginaire, la dernière pièce qu’il ait écrite et jouée puisqu’il est mort à l’issue de la 4ème représentation.

le-malade-imaginaire

Titre : Le malade imaginaire

Auteur : Molière

Editeur : Pocket Classiques

Pages : 160

Parution : 1673

Genre : Littérature française, Classique, Théatre

 

L’histoire (4ème de couverture)


Bourgeois hypocondriaque, Argan prétend marier sa fille, l’impertinente et joyeuse Angélique, à ce nigaud de Thomas Diafoirus, son médecin personnel. Plus pitoyable que méchant, celui-ci rêve que la Faculté le reçoive comme l’un des siens.

 

Mon avis


Comme beaucoup, j’avais lu cette pièce de théâtre au cours de mes études mais c’est avec un réel plaisir que je l’ai redécouverte. Je trouve que, tout en étant une véritable satire sociétale, cette comédie est joyeuse et légère !

Argan, riche et naif bourgeois, est un hypocondriaque qui fait le bonheur de son médecin (Purgon) et de son apothicaire (Fleurant). Entourant leurs diagnostics d’un charabia latin, ils lui prescrivent, au prix fort, toutes sortes de traitements, lavements et régimes inutiles et inefficaces. Pourtant Argan, convaincu de sa maladie, les vénère et souhaite même contraindre sa fille Angélique d’épouser un médecin, le jeune Thomas Diafoirus (au demeurant totalement stupide).

Au travers des personnages de Purgon et Diafoirus, Molière fait une critique non dissimulée des charlatans qui, sous couvert de médecine, cherchent surtout à s’enrichir. Il faut dire qu’au 17ème siècle, en France, malgré quelques avancées nouvelles, la médecine était encore assez rudimentaire et les traitements (lavement, purge, saignée) souvent inappropriés.

Molière profite également de cette pièce pour égratigner ses personnages : le père tyrannique qui contraint sa fille au mariage avec un homme qu’elle n’aime pas, la 2nde épouse cupide qui a des vues sur l’héritage de son mari, le notaire malhonnête…

Comme souvent chez Molière, on retrouve le personnage du domestique, en l’occurrence ici la servante Toinette, rusée, insolente, pleine de de bon sens, qui se moque de la maladie imaginaire de son maître et mène la danse pour favoriser le mariage d’Angélique et Cléante.

Le duo Argan / Toinette domine la pièce: Argan geignant et tentant de mener sa famille à la baguette ; Toinette et son franc parler qui remet chacun à sa place. Le passage ou Toinette berne Argan en se déguisant en médecin est tellement peu crédible qu’elle prend une allure de farce et réjouit le lecteur.

Bref, vous l’aurez compris cette courte pièce m’a vraiment beaucoup amusée et m’a motivée à relire d’autres œuvres de Molière.

Il convient de noter que Le malade imaginaire est une comédie ballet qui mêle la musique au théâtre avec plusieurs interludes musicaux.  Après avoir lu la pièce, j’ai eu l’occasion d’écouter à la bibliothèque la version réalisée par Max de Rieux en 1959 avec les intermèdes musicaux de l’acte 2 et la cérémonie burlesque de l’acte 3 orchestrés par André Cadou. Je trouve que ces morceaux de Lully et de Charpentier apportent une touche de fantaisie supplémentaire à la pièce.

N’hésitez donc pas à lire ou relire Le malade imaginaire de Molière ou, si vous en avez l’occasion, allez le voir au théâtre !

 

Informations complémentaires


Biographie de Molière

Retrouvez toutes les informations sur mon article : la biographie Molière

 

Œuvres de Molière

La Jalousie du Barbouillé – Le Médecin volant – L’Étourdi – Le Dépit amoureux – Les Précieuses ridicules – Sganarelle ou le Cocu imaginaire – Dom Garcie de Navarre – L’École des maris – Les Fâcheux -L’École des femmes – L’Impromptu de Versailles -Le Mariage forcé – La Princesse d’Élide – Tartuffe – Dom Juan – L’Amour Médecin – le Misanthrope – le Médecin malgré lui – Mélicerte – Pastorale comique – Le Sicilien ou l’Amour peintre – Amphitryon – George Dandin – L’Avare – Monsieur de Pourceaugnac, (comédie-ballet) – Les Amants magnifiques – Le Bourgeois gentilhomme (comédie-ballet) – Psyché – Les Fourberies de Scapin – La Comtesse d’Escarbagnas – Les Femmes savantes – Le Malade imaginaire (comédie-ballet)

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s