Pax Romana, l’histoire dessinée de la France

Voici un album dont j’ai beaucoup entendu parler comme révolutionnant la vision classique de l’histoire de France. Appréciant l’Histoire, j’ai eu envie de découvrir cette matière sous la forme d’une bande dessinée.

pax-romana

Titre : Pax Romana, l’histoire dessinée de la France

Auteurs : Jeff POURQUIE et Blaise PICHON

Editeur : La Découverte

Pages : 128

Parution : 2018

Genre : Littérature française, documentaire, bande dessinée

 

4ème de couverture


Pour promouvoir une certaine identité nationale, les historiens d’antan n’ont cessé d’héroïser nos « ancêtres les gaulois ». Cet album ébouriffant qui raconte la vie des Gaules sous domination romaine au cours des cinq premiers siècles de notre ère, rompt avec ces récits mythologiques. Plongeant le lecteur dans le quotidien des gaulois (romanisés) et dans l’intimité des notables (avinés), il démonte avec humour le mythe des Gaules résistantes et de l’exception culturelle « gallo-romaine ».

Reste que la paix romaine n’est pas douce pour tout le monde. Le martyre des premiers chrétiens en témoigne. Ils mirent des siècles à imposer leur dieu, au grand dam de Taranis et d’Epona, divinités gauloises au caractère trempé, qui guident nos pas dans cette époque tumultueuse.

 

Mon avis


Il s’agit ici du 2nd album de la série, album dédié aux Gaulois et à la Gaule romaine.

Étrangement, le livre s’ouvre sur un discours de Nicolas Sarkozy datant du 19 septembre 2016 dans lequel il parle de nos ancêtres les Gaulois. Dans un bar, un vieil homme s’énerve à l’écoute de ce discours. Il s’agit du dieu Lug, associé à Taramis / Jupiter / Zeus / Thor / Svaruq. Il croise sur son chemin une jeune femme, incarnation d’Epona, déesse gauloise des chevaux et de l’aristocratie militaire, ainsi que de Blaise, un historien passionné par l’histoire de la Gaule. Ensemble, ils vont faire un bond dans le temps et revisiter les grands moments de l’histoire de la Gaule.

J’avoue ne pas avoir bien saisi toutes les subtilités de la mise en scène et des dialogues dont certains m’ont semblé vraiment abscons. Je suis également restée hermétique aux jeux de mots qui devaient être spécifiques à l’humour d’historien.

Le personnage de Blaise, dans le passé rencontre deux autres historiens dits « classiques » avec lesquels il débat de l’évolution de la vision de l’histoire.

Je n’ai vraiment pas compris cette bande dessinée.

pax-romana-1

Seules m’ont plu les pages nommée « les fiches d’Amphorix » qui donnent des informations sur des sujets spécifiques comme les dieux gaulois, les impôts, les oppida et villes, la bière et le vin, les thermes… Ces fiches sont claires, concises et agréables à lire.

pax-romana-2

La 2nde partie du livre correspond à un texte documentaire classique d’environ 50 pages qui revient sur toutes les notions abordées au fil de la bande dessinée. J’ai trouvé cette partie très intéressante.

Au final, si je n’ai pas apprécié la bande dessinée, j’ai plus aimé le texte documentaire.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s