Fables amères de Chabouté

Je suis tombée un peu par hasard sur ce roman graphique de Christophe Chabouté sur les rayonnages de ma bibliothèque municipale. Je ne connaissais pas cet auteur et ne savais à quoi m’attendre. Et finalement, je me suis retrouvée happée par ces 11 saynètes du quotidien au goût bien amer !

Fables amères de Chabouté

Titre : Fables amères

Auteur / illustrateur : Christophe Chabouté

Editeur : Glénat Vents d’ouest

Pages : 104

Parution : 2010

Genre : Littérature française, Roman graphique

 

L’histoire (4ème de couverture)


Le métro à l’heure de pointe, à la caisse d’un supermarché, une grasse matinée ou un jogging dans un parc, autant de lieux et de situations banales souvent jalonnées de petits incidents dérisoires et anodins…

Chabouté renoue avec la nouvelle dans ce recueil de onze histoires courtes…
Sans jugement ni moralisme, il dépeint simplement la banalité de ces petits accrocs du quotidien, ces broutilles ordinaires qu’il envoie avec talent à la face du lecteur, ces terribles futilités qui ne peuvent que laisser un goût amer…

 

Mon avis


Je ne vais pas vous détailler trop les histoires car celles-ci sont courtes et tout leur intérêt vient de la chute.

Avec délicatesse, au travers de ses dessins, Chabouté nous parle de ces petits riens, de ces actes manqués, de ces petites phrases, de ces petits moments… bref de toutes ces choses anodines qui marquent nos vies sans que l’on s’en rende compte.

Les surprises qui tombent à l’eau, les mots qui blessent, le nombrilisme de notre société, les œillères que l’on se met pour ne pas voir la misère, la solitude, la vieillesse et l’exclusion qui nous entourent : voilà les thèmes abordés au fil des pages de ce roman graphique.

Le procédé de narration est intéressant car on voit la situation d’un point de vue extérieur avant de découvrir la chute et le point de vue particulier de l’un des protagonistes. Une scène ordinaire prend alors un sens complètement différent.

J’ai aimé le thème et tous les petits moments décrits. Sans haine ni violence, il en ressort pourtant une infinie tristesse.

Au niveau du graphisme, j’ai trouvé le choix du noir et blanc judicieux car il donne un aspect tranché aux choses et renforce la dureté du thème. Mais je n’ai malheureusement pas aimé le dessin.

Malgré ce petit bémol, j’ai apprécié cette bande dessinée qui fait réfléchir sur nos comportements au quotidien. Concentrés sur nos propres problèmes, nous oublions souvent ce qui va bien dans nos vies et nous ne portons pas assez attention à l’autre.

Une BD à découvrir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s