Graine de sorcière de Margaret Atwood

Bien que j’ai La servante écarlate en attente dans ma PAL depuis plusieurs mois, c’est finalement avec Graine de sorcière que j’ai décidé de découvrir la plume de Margaret Atwood. Il faut dire que ce roman cadrait parfaitement avec le Pumpkin Autumn Challenge et Québec en Novembre (pour la journée spéciale littérature canadienne) ! Et puis, la chronique de ce roman par Gaëtane avait suscité ma curiosité.

Graine de sorcière de Margaret Atwood

Titre : Graine de sorcière

Auteure : Margaret Atwood

Editeur : Robert Laffont

Pages : 360

Parution : 2019

Genre : Littérature canadienne, Contemporain

L’histoire (4ème de couverture)

Injustement licencié de son poste de directeur du festival de Makeshiweg, au Canada, alors qu’il mettait en scène La Tempête de Shakespeare, Felix décide de disparaître. Il change de nom et s’installe dans une maisonnette au cœur de la forêt pour y panser ses blessures, pleurer sa fille disparue. Et préparer sa vengeance.
Douze années passent et une chance de renaître se présente à Felix lorsqu’on lui propose de donner des cours de théâtre dans une prison. Là, enfin, il pourra monter La Tempête avec sa troupe de détenus, et tendre un piège aux traîtres qui l’ont détruit. Mais la chute de ses ennemis suffira-t-elle pour qu’il s’élève de nouveau ?

Mon avis


Le livre s’ouvre sur un spectacle tenu dans un pénitencier : les détenus ont monté une représentation de La tempête de William Shakespeare . Mais un événement se produit pendant la pièce de théâtre…

On revient alors en arrière pour découvrir l’histoire de Felix, directeur artistique d’expérimentation théâtrales, injustement renvoyé alors qu’il préparait une adaptation originale de la pièce La tempête. Déjà fragilisé par la mort de sa femme puis de sa fille Miranda, à peine âgée de 3 ans, Felix  perd alors totalement pied. Il décide de se retirer du monde et de vivre en ermite dans une petite cabane en pleine campagne. Il sombre à moitié dans la folie et s’imagine que sa fille est toujours avec lui : il lui parle, lui fait faire ses devoirs, lui apprend les échecs…

Souvent il songe à mourir, mais 2 choses le tiennent en vie : monter sa pièce La tempête et se venger de Tony et Sal, les responsables de son licenciement. Au bout de quelques années, il trouve un poste d’enseignement au centre pénitentiaire Fletcher. Là, il obtient de bons résultats en enseignant Shakespeare aux détenus grâce au théâtre. Il monte des petites pièces avec les moyens du bord. Et un jour enfin, il tient une opportunité de se venger : Sal et Tony, devenus ministres vont venir voir sa prochaine représentation…

Je ressors mitigée de cette lecture. J’ai l’impression de ne pas avoir totalement pu apprécier le roman en raison de ma méconnaissance de La tempête écrite par Shakespeare. Graine de sorcière est une transposition de cette pièce de théâtre ; au travers de ce roman, Margaret Atwood revisite l’œuvre et fait revivre ce texte par ses personnages au sein de la prison. J’aurais donc aimé connaître l’histoire d’origine pour goûter pleinement cette adaptation. Hélas je n’ai pas pu faire le parallèle entre les deux et les explications de texte par les personnages, aussi intéressantes soient-elles, m’ont semblé très longues…

Bref, un roman que je relirai peut-etre un jour si je lis d’abord La tempête de Shakespeare !

Informations complémentaires


Bibiographie de Margaret Atwood

Dyptique La Servante écarlate : La Servante écarlate – Les Testaments

Trilogie Le Dernier Homme : Le Dernier Homme – Le Temps du déluge – MaddAddam

One shot : La Femme comestible – Faire surface – Lady Oracle – La Vie avant l’homme – Marquée au corps – Œil-de-chat – La voleuse d’hommes – Captive – Le Tueur aveugle- L’Odyssée de Pénélope – C’est le cœur qui lâche en dernier – Graine de sorcière

4 commentaires

  1. Coucou Adely, Merci pour cette chronique. J’ai beaucoup aimé lire ton avis et je comprends tes bémols. J’avais bien aimé et c’est plus la fin qui m’avait un peu « dérangé » dans mon cas. Je l’ai trouvée un peu « telephonee » et prévisible. En tout cas, j’espère que tu apprécieras La servante écarlate si tu peux le lire.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Gaëtane. Ta chronique m’avait vraiment donné envie de découvrir ce roman ! C’est pour cela que c’est frustrant d’avoir l’impression d’être passée totalement à côté parce que je ne connais pas mes classiques !
      En tout cas, oui, j’ai toujours très envie de lire La servante écarlate !

      J'aime

  2. Cela ne me semble pas très réaliste de faire monter La Tempête par des détenus. C’est une pièce très compliquée et pour commencer, je pense qu’il y a plus simple.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Pierre,
      Dans le roman, c’est la 3ème ou 4ème pièce que les détenues montent. Mais effectivement, la responsable émet la même objection que toi car ce n’est pas la pièce de théâtre la plus appropriée. Le personnage de Félix parvient tout de même à la convaincre 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s