Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy

Voilà longtemps que je souhaitait lire ce grand classique de Thomas Hardy dont j’avais beaucoup aimé l’adaptation au cinéma réalisée par Thomas Vinterberg en 2015 avec Carey Mulligan, Matthias Schoenaerts et Tom Sturridge. Le mois anglais en juin a été l’occasion idéale de sortir ce roman de ma PAL. Pourtant, il m’a fallu plus de 2 mois pour réussir à rédiger ma chronique, tant la différence entre le film et le roman avait perturbé ma lecture…

  • Titre : Loin de la foule déchaînée (Far from the Madding Crowd)
  • Auteur : Thomas Hardy
  • Editeur : Archipoche
  • Pages : 470
  • Date de parution : 1874
  • Genre : Littérature anglaise, Classique

.

L’histoire


Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, le jeune berger Gabriel Oak se trouve ruiné. Le voilà réduit à trouver du travail dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie. Il ignore qu’elle appartient à Bathsheba Everdene, une jeune femme venue s’installer au pays avec sa tante… et qui a repoussé ses avances avec hauteur.

Sans un regard pour Gabriel, la belle héritière est convoitée par un prospère exploitant, William Boldwood, mais aussi par son rival, le fringant sergent Francis Troy – sans savoir qu’une domestique est enceinte de ses œuvres. Quel espoir l’honnête Gabriel pourrait- il encore nourrir ? À peine s’il compte sur la folie des hommes pour lui ouvrir le cœur de Bathsheba… Finira-t-elle par reconnaître que le plus digne d’elle n’est pas de sa condition ?

.

Mon avis


Si bien souvent je préfère voir le film avant de lire le livre, dans le cas présent je regrette de ne pas m’être lancée dans la lecture du roman de Thomas Hardy avant de voir l’adaptation de 1995. En effet, la vision que le réalisateur Thomas Vinterberg a des personnages, en particulier de Bathsheba, m’a semblé tellement différente que j’ai eu beaucoup de mal à m’en départir pour profiter véritablement de ce grand classique.

Mais commençons par le commencement : dans ce roman, Thomas Hardy nous plonge dans le cadre pastoral de l’Angleterre rurale du 19ème siècle au cœur de la vie des fermiers. La toute jeune Bathsheba Everdene vient d’hériter d’une ferme qu’elle décide de gérer seule au grand étonnement de ses ouvriers agricole. La belle est courtisée par trois hommes aux tempéraments très différents. Il y a tout d’abord Gabriel Oak, homme droit, honnête et réservé dont elle a refusé la demande en mariage mais qui accepte de travailler pour elle et de l’aider dans la gestion de son domaine. Ensuite il a le propriétaire voisin William Boldwood, célibataire endurci qui, au terme d’une mauvaise plaisanterie de Bathsheba, tombe fou amoureux d’elle et n’a de cesse de la poursuivre de ses assiduités. Enfin, il y a le beau mais volage sergent Troy, expert dans l’art de la séduction.

Ce qui m’a troublée, c’est que le film m’avait laissé l’image d’une Bathsheba forte, volontaire, calme et posée. Au contraire dans le livre, elle m’apparaît comme une toute jeune fille qui est certes déterminée et dotée d’un fort caractère mais qui manque d’expérience, surtout en matière d’amour. Bien naturellement elle souhaite être courtisée de manière passionnée et elle se laisse plus charmer par les jolies phrases du sergent Troy que par la déclaration maladroite et très peu romantique de Gabriel (cf sa demande en mariage ci-dessous…)

Bathsheba est une jeune femme d’honneur, droite et courageuse et quand elle a donné sa parole ou s’est engagée dans quelque chose, elle va jusqu’au bout quelqu’en soient les conséquences. Au final, cela, additionné à son manque d’expérience, va se retourner contre elle et sa vie ne sera pas rose tous les jours. Aucun des personnages n’est d’ailleurs véritablement heureux tout au long du roman, chacun désirant ce qu’il ne peut avoir…

Le livre m’a semblé beaucoup plus sombre et beaucoup moins romantique que le film. Mais j’ai apprécié m’immerger dans le cadre bucolique de la campagne anglaise du 19ème siècle et découvrir la vie simple mais rude des fermiers et éleveurs.

3 commentaires

    • Bonjour Gaëtane,
      C’est étrange, je n’ai aucun souvenir de cette scène dans le film alors qu’elle est marquante dans le livre ! Mais, de manière générale, je trouve que le personnage de Troy dans le film est assez inconsistant, toute la lumière étant mise sur Gabriel alors que dans le livre les 3 personnages masculins me semblent tous aussi importants les uns que les autres.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s