La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel de Romain Puertolas

Ayant bien apprécié l’humour du livre L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA, j’ai eu envie de découvrir un autre roman au titre à rallonge de cet auteur : La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel.

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel de Romain Puertolas
  • Titre : La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel
  • Auteur : Romain Puertolas
  • Editeur : Le livre de poche
  • Pages : 288
  • Date de parution : 2015
  • Genre : Littérature française, Contemporain, Conte

.

L’histoire (4ème de couverture)


Alors que la jeune et jolie factrice parisienne Providence Dupois s’apprête à partir en Afrique chercher la petite fille qu’elle aime le plus au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l’ensemble du trafic aérien européen. D’aéroport en monastère tibétain, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages. L’amour donne des ailes. Êtes-vous prêt à vous envoler ?

.

Mon avis sur La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel


Providence Dupois n’est pas une femme comme les autres. Déjà parce qu’elle a non pas 5 mais 6 doigts de pied. Mais surtout parce que c’est une femme décidée et que rien ne peut l’arrêter. Pas même un volcan ! Aussi, quand les avions d’Orly se retrouvent bloqués au sol en raison d’un nuage de fumée craché par un volcan islandais, Providence Dupois décide d’apprendre à voler afin de rejoindre sans délai sa fille adoptive qui l’attend au Maroc. Chaque minute compte car la petite fille est atteinte de mucoviscidose et un nuage grand comme la tour Eiffel bloque ses bronches. Providence est donc prête à écouter les conseils farfelus d’un pirate, d’un marabout ou encore d’un moine tibétain, du moment qu’elle arrive à temps pour Zahera.

L’histoire que nous raconte Romain Puertolas est totalement déjantée et très rythmée. L’auteur joue sur l’absurde et multiplie les jeux de mots. Les événements s’enchaînent et sont de plus en plus extravagants et improbables.

Si cela m’a beaucoup amusée au début de l’histoire, vers le milieu du roman j’ai eu un moment de lassitude, trouvant le récit trop invraisemblable et les personnages trop caricaturaux. J’ai néanmoins poursuivi ma lecture et j’ai apprécié le retournement de situation final que je n’avais pas vu venir ! Un dénouement qui remet tout en perspective et qui donne une toute autre lecture de l’histoire. Cette fin fait taire les remarques que j’avais sur le côté irréaliste du récit.

Bref un roman étrange et déjanté comme sait les écrire Romain Puertolas !

3 commentaires

  1. Je n’avais pas tellement aimé Tout un été sans facebook mais je crois me souvenir qu’il y avait un retournement de situation aussi à la fin. J’avais trouvé que les blagues tombaient à plat. Je verrai si je le retente mais plutôt avec l’extraordinaire voyage du fakir… alors.

    Aimé par 1 personne

    • J’ai trouvé « L’extraordinaire voyage du fakir… » amusant mais on y retrouve les mêmes défauts à savoir blagues répétitives et un peu lassantes à la fin. Quand au tome 2 je l’ai abandonné en cours de lecture !
      Le roman que j’ai préféré de Romain Puertolas est « La police des fleurs, des arbres et des forêts » qui est un cosy mystery plein d’humour (tu peux jeter un œil à ma chronique si ça t’intéresses).

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s