Samedi c’est poésie : Le thé de Théodore de Banville

En Chine et au Japon la cérémonie du thé est un art millénaire très codifié, qui impose de prendre son temps. Et pour les amateurs de thé, le contenant a aussi son importance. Les tasses à thé en porcelaine chinoise avec leurs décors représentant des scènes de vie, des fleurs, des dragons, sont une véritable invitation au voyage et au rêve. C’est ce qu’exprime ce poème de Théodore de Banville intitulé Le thé

Image Pixabay

Le thé


Miss Ellen, versez-moi le thé
Dans la belle tasse chinoise,
Où des poissons d’or cherchent noise
Au monstre rose épouvanté.

J’aime la folle cruauté
Des chimères qu’on apprivoise :
Miss Ellen, versez-moi le thé
Dans la belle tasse chinoise.

Là, sous un ciel rouge irrité,
Une dame fière et sournoise
Montre en ses longs yeux de turquoise
L’extase et la naïveté :
Miss Ellen, versez-moi le thé.

Théodore de Banville

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s