Samedi c’est poésie : Les nénuphars d’Edmond Rostand

Aimez-vous les nénuphars ? Cette plante, aussi appelée lis d’eau ou lis d’étang, n’a existé pendant longtemps en Europe que dans sa forme à fleurs blanches, tellement bien représentée par Claude Monet dans sa toile Les Nymphéas. Ce n’est qu’au 19ème siècle qu’un horticulteur a créé, par croisement, des variétés colorées.

Aussi, je vous propose aujourd’hui ce court poème d’Edmond Rostand dédié aux nénuphars blancs.

Image par S. Hermann & F. Richter de Pixabay

Les nénuphars


L’étang dont le soleil chauffe la somnolence
Est fleuri, ce matin, de beaux nénuphars blancs ;
Les uns, sortis de l’eau, se dressent tout tremblants,
Et dans l’air parfumé leur tige se balance.

D’autres n’ont encor pu fièrement émerger :
Mais leur fleur vient sourire à la surface lisse.
On les voit remuer doucement et nager :
L’eau frissonnante affleure aux bords de leur calice.

Edmond Rostand
Recueil Les Musardines

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s