Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux

J’avais déjà lu cette pièce de Marivaux il y a fort longtemps et j’ai aussi eu le plaisir de voir la version mise en scène par Catherine Hiegel avec Vincent Dedienne et Laure Calamy dans les rôles d’Arlequin et Lisette. J’en avais un très bon souvenir, aussi ai-je eu envie de relire cette comédie.

  • Titre : Le jeu de l’amour et du hasard
  • Auteur : Pierre Marivaux
  • Editeur : Librio
  • Pages : 94
  • Parution : 1730
  • Genre : Littérature française, Théâtre

.

L’histoire (4ème de couverture)


Peu encline à se marier, Silvia obtient de rencontrer l’homme qu’on lui destine en se faisant passer pour sa servante, Lisette, à qui elle laisse le soin de jouer son propre rôle. Ainsi grimée, elle aura tout loisir d’étudier le caractère et le comportement de son promis. Mais elle n’imagine pas que le jeune homme aura recours au même stratagème.

.

Mon avis sur Le jeu de l’amour et du hasard


Quel plaisir que cette pièce de Marivaux ! Cette comédie en 3 actes datant de 1730 à, je trouve, gardé toute sa fraîcheur et son humour.

Monsieur Orgon et l’un de ses amis ont arrangé le mariage de leurs enfants Silvia et Dorante. Mais Silvia souhaite rencontrer le jeune homme avant de l’épouser, et même plus, voudrait pouvoir le jauger sans le masque des convenances. Pour cela, elle prend la place de sa servante Lisette. Mais ce qu’elle ignore, c’est que Dorante a eut la même idée et se fait passer pour son valet.

De cette double mascarade va naître foule de quiproquos amusants. Deux couples se forment et évoluent en parallèle : entre les faux maîtres le badinage est léger alors que la situation semble plus complexe pour les faux serviteurs.

Le comique vient aussi de l’inversion des rôles entre maître et valet dont Arlequin le faux maître use et abuse. En tentant d’imiter le comportement de la noblesse, les véritables Lisette et Arlequin en font des tonnes et provoquent l’hilarité.

Enfin, je trouve que cette pièce de 1730 à une résonance assez moderne puisque loin de se conformer au mariage de convenance, Silvia veut véritablement choisir son époux et être sûre que celui-ci l’aime pour ce qu’elle est et non pour sa position sociale.

Bref, une pièce que j’avais adoré étant adolescente et que j’ai pris tout autant de plaisir à relire.

.

Informations complémentaires


Marivaux, de son vrai nom Pierre Carlet, est né le 4 février 1688 à Paris. Il a suivi des études de droit et a été reçu avocat au Parlement de Paris. Il a également mené une carrière de journaliste. Il connaît le succès en tant qu’écrivain de nombreuses pièces de théâtre et de romans. Marivaux a été élu à l’Académie française en 1742. Il mourut pauvre à l’âge de 75 ans en 1763.

Quelques unes de ses œuvres les plus connues :

  • La surprise de l’amour
  • La double inconstance
  • Le prince travesti
  • L’île des esclaves
  • Le jeu de l’amour et du hasard
  • Les fausses confidences
  • La vie de Marianne
  • Le paysan parvenu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s