C’est toi le chat de Laura Trompette

Voyant ce livre dormir sur mes étagères depuis longtemps, je me suis rendue compte que cela faisait un moment que je n’avais pas lu de livre rentrant dans ma thématique Les chats dans la littérature. Revenons donc à une histoire dont le personnage central est un matou.

C'est toi le chat de Laura Trompette
  • Titre : C’est toi le chat
  • Auteure : Laura Trompette
  • Editeur : France Loisirs
  • Pages : 304 pages
  • 1ere parution : 2017
  • Genre : Littérature française, Contemporain

.

4ème de couverture


Lorsqu’un chat sans domicile, écœuré par les enfants, entre en collision avec Paul, veuf, et sa fille, Louise, c’est le début d’une aventure rocambolesque. Le caractère bien trempé du poilu, la différence de Louise et les fêlures de Paul feront-ils bon ménage ? Chahutés mais jamais vaincus, nos héros prouvent que rien n’est immuable tant que l’on est vivant.

.

Mon avis sur C’est toi le chat


Bon, malheureusement, j’ai été un peu déçue par ce roman de Laura Trompette.

Commençons par ce qui m’a déplu : le langage employé tout au long du livre. Je vous en ai déjà parlé : je déteste cette tendance actuelle que l’on trouve aussi bien dans les séries télé que dans les romans de ponctuer le discours de gros mots pour avoir l’air « plus vrai ». Ce n’est pas ce que j’attends d’un livre et il me semble possible d’être très réaliste tout en utilisant un langage plus châtié. Aussi ai-je été agacée ici par l’emploi de gros mots, tournures de phrase de la vie courante, verlan. Cela m’a hérissée tout au long de ma lecture, en particulier dans les chapitres dédiés au chat qui adore s’exprimer avec un langage ordurier.

Ensuite, je n’ai pas totalement accroché aux personnages qui ne me semblaient pas assez crédibles : Paul trop gentil et trop parfait, Louise beaucoup trop mature pour son âge même pour une enfant à haut potentiel intellectuel, Gustave trop cliché.

Par contre, j’ai apprécié que le chat ne soit pas, comme souvent dans ce type de roman, un gentil petit minou qui cherche à aider tout le monde. Ici Figaro, alias Harold, alias Le poilu est un chat acariâtre qui déteste les bébés, les enfants, les personnes âgées, les chiens… Ce côté bougon est assez drôle.

J’ai bien aimé également que ce roman, tout en étant amusant, traite tout de même de sujets plus graves tels que le harcèlement scolaire et les violences faites aux femmes.

Bref, même si je n’ai pas été séduite par ce feel-good, je retenterai la lecture de cette autrice. Et j’espère mieux apprécier son roman Hello qui attend sur mes étagères.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s