Une bonne raison de se tuer de Philippe Besson

Philippe Besson est un auteur que j’avais envie de lire depuis longtemps. Je n’aurais pas forcément envisagé de commencer par le roman Une bonne raison de se tuer dont le titre est un peu morbide mais il était offert par la maison d’édition dans le cadre d’une opération spéciale. C’était donc l’occasion de découvrir cet auteur prolixe.

IMG

  • Titre : Une bonne raison de se tuer
  • Auteure : Philippe Besson
  • Editeur : 10/18
  • Pages : 274
  • 1ere parution : 2012
  • Genre : Littérature française, Roman contemporain

.

L’histoire (4ème de couverture)


Los Angeles, 4 novembre 2008. L’Amérique retient son souffle, entre incrédulité et espoir : Obama sera-t-il, le soir même, élu Président ? Laura Parker, une femme ordinaire, vivant seule dans le quartier de West Hollywood, ne se pose pas cette question. En se levant, elle a pris une décision vertigineuse et la plus intime qui soit : à la fin du jour, elle se tuera. Samuel Jones, quant à lui, contemple avec tristesse les rouleaux du Pacifique, à Venice Beach. Il ne connaît pas Laura Parker. Dans quelques heures, pourtant, le hasard va mettre en présence ces deux éclopés. Et alors la seule question qui vaille sera posée : « Samuel Jones peut-il sauver Laura Parker ? »

.

Mon avis sur « Une bonne raison de se tuer »


J’ai beaucoup apprécié cette découverte de la plume de Philippe Besson qui, sans jamais tomber dans le pathos, décortique les tourments de l’âme humaine et les raisons qui peuvent pousser une personne au suicide.

L’auteur a choisi d’alterner à chaque chapitre les présentations de deux personnages : le premier Samuel Jones, un peintre un peu bohème de Venice Beach à Miami vient de perdre son fils de 17 ans qui s’est suicidé ; l’autre, Laura Parker, une quadragénaire qui a vu sa vie s’effondrer après son divorce, a décidé d’en finir. On a donc le point de vue de celui qui veut mourir et de celui qui reste et qui tente de comprendre et de surmonter la perte.

Les chapitres sont très courts et le style concis. D’une présentation générale, l’auteur entre peu à peu dans l’intimité de ses personnages. Il a choisi une unité de lieu et de temps : Miami aux Etats Unis le jour de l’élection de Barak Obama. C’est un moment de changement, d’effervescence. Pourtant, accablés par leurs problèmes, les deux personnages traversent cette journée en étant totalement étrangers à cette liesse.

Samuel ressasse les souvenirs de ce fils qu’il aimait tant et dont il a l’impression d’avoir manqué une partie de la vie en ne le voyant que le week-end pour cause de divorce. Il cherche à comprendre les raisons qui ont poussé ce jeune homme apparemment équilibré à se donner la mort.

Laura, elle, sonde le vide de sa vie depuis son divorce : perte de son confort de vie, job minable, lien distendu avec ses deux fils, solitude… Plus rien ne la retient à la vie et c’est donc mécaniquement qu’elle effectue les gestes du quotidien de cette dernière journée.

Ces deux personnages malheureux et tourmentés vont se croiser. Cela pourra t’il changer les choses ?

Bref, malgré une thématique infiniment triste, j’ai été happée par ce roman bouleversant et j’ai apprécié la plume pleine de finesse de Philippe Besson.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s