0

Samedi c’est poésie : La gelée d’Anne-Marie Chapouton

Décembre est bien arrivé et avec lui, vous l’avez remarqué, les gelées hivernales. Certes, dégivrer la voiture le matin n’est pas le meilleur moment de la journée, mais découvrir les paysages givrés est très agréable. Quoi de plus joli que cette nature endormie et ces paysages blanchis par le givre ? C’est ce qu’exprime le poème d’Anne Marie Chapouton, appris par les enfants à l’école et intitulé La gelée.

selective focus photography of white petaled flower plant

Photo de Alissa Nabiullina sur Pexels.com

La gelée


Ce matin,
Il y avait
Des milliers
De diamants
Dans les champs.

Les gens ont dit :
“C’est la gelée.”

Mais moi
Je sais bien
Que c’est la lune
Qui a fait craquer
Tous ses colliers.

Anne-Marie Chapouton

Publicités
0

Samedi c’est poésie : On dirait que l’hiver tombe de Maurice Carême

1er décembre : le soir tombe tôt, on aperçoit aux fenêtres les premières lumières de Noël, les manteaux, foulards et écharpes sont de rigueur. Bref, on sent que l’hiver approche. J’ai donc choisi le poème d’aujourd’hui en conséquence : l’hiver tombe de Maurice Carême. Bon week-end à tous !

rain of snow in town painting

Photo de Lisa Fotios sur Pexels.com

On dirait que l’hiver tombe


On dirait que l’hiver tombe
Tous les toits sont déjà gris
Il pleut deux ou trois colombes
Et c’est aussitôt la nuit.

Un seul arbre, comme un clou
Tient le jardin bien au sol.
Les ombres font sur les joues
Comme des oiseaux qui volent.

L’air est plein d’étoiles blanches,
La Noël est pour lundi.
Qu’il sera long le dimanche
Que nous passerons ici !

Maurice Carême, En sourdine, 1964

0

Poèmes de Raymond Queneau en album illustré

Après avoir lu Exercices de style de Raymond Queneau, j’ai eu envie de découvrir d’autres textes de cet auteur et poète. Ce livre illustré par Louis Joos trouvé sur les rayonnages de ma bibliothèque municipale était parfait pour cela. Je trouve que les versions illustrées des recueils de poèmes permettent un accès plus facile à la poésie. Le grand format, le texte plus aéré et les illustrations égayent l’ensemble.

poemes-raymond-queneau-illustres Lire la suite

0

La diction du Dimanche

Bonjour à tous et toutes ! Aujourd’hui encore notre petit exercice de diction prendra la forme d’un petit poème très amusant mais pas évident à prononcer de Pierre Coran intitulé Si six cents couteaux-scies.

steel knife on chopping board

Photo by Pixabay on Pexels.com

Si six cents couteaux-scies


Si six cents couteaux-scies.

 

Si six cents couteaux-scies

Scient en six,

 

Si six cents couteaux-scies

Scient en six

Six cents saucisses,

 

Si six cents couteaux-scies

Scient en six

Six cents saucisses,

 

Qu’obtient-on au total ?

Une cuisine sale.

 

Pierre Coran

2

Samedi c’est poésie : La prisonnière de Jacques Charpentreau

En pleine lecture du Pays des contes de Chris Colfer avec ma fille, j’ai eu envie de trouver un poème en lien avec les contes de fée. La prisonnière de Jacques Charpentreau qui fait référence au conte Le petit chaperon rouge (conte ancien retranscrit par Charles Perrault en 1697), m’a semblé bien approprié. Dites-moi si vous l’aimez 😉

art dark eerie hands

Photo de Pixabay sur Pexels.com

La Prisonnière


Plaignez la pauvre prisonnière

Au fond de son cachot maudit !

Sans feu, sans coussin, sans lumière…  Lire la suite

0

Samedi c’est poésie : Ode à l’abeille de Pablo Neruda

J’ai trouvé ce poème dans le recueil La confrérie des abeilles – Contes de la ruche de Pierre-Oliver Bannwarth que je vous ai présenté hier sur le blog. J’ai beaucoup aimé ce petit poème, très court mais plein de beauté. Rappelons nous que les abeilles, qui assurent la pollinisation, sont indispensables à l’Humanité. Or, elles sont aujourd’hui en danger en raison de l’utilisation massive de pesticides et de la prolifération des frelons asiatiques. Nous pouvons, chacun à notre échelle, agir en faveur de l’environnement 😉

honeycomb insect bees honey

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Ode à l’abeille


Laisse le miel

s’écouler

surplombant des langues infinies

et laisse l’océan

devenir une ruche.

Pablo Neruda