Prends ma main de Megan Abbott

Mon dernier book club portait sur les thrillers. Lisant peu ce style littéraire, j’ai choisi un peu par hasard le thriller psychologique intitulé Prend ma main de Megan Abbott dont la couverture illustrée de noir et de verre brisé a retenu mon attention.

Prends ma main de Megan Abbot

Titre : Prend ma main

Auteure : Megan E. Abbott

Editeur : Le Masque (grands formats)

Pages : 336

Parution : 2019

Genre : littérature américaine, Thriller

.

L’histoire


Kit est une jeune chercheuse en physique, ambitieuse, intelligente, en passe d’obtenir le poste de ses rêves auprès de son mentor et idole. Mais une nouvelle recrue vient troubler ses plans et son passé revient la hanter lorsqu’elle découvre que sa rivale n’est autre que Diane, sa meilleure amie du lycée, perdue de vue depuis plus de dix ans. Dix ans durant lesquels Kit s’est efforcée d’oublier Diane et le lourd secret qu’elles partagent.
Rapidement, la compétition devient un jeu dangereux qui menace de les détruire…

Mon avis


Un récit à la 1ere personne ou, dès les premières lignes, l’auteure Megan Abbott plante le décor et laisse planer le mystère qui sera la clef de voûte du roman : lors d’une soiré pyjama, Kit, la narratrice, et Diane, deux jeunes filles de 17 ans discutent de tout et de rien lorsque Diane révèle un terrible secret à son amie…

La suite du récit va alterner le passé et le présent.

Dans le présent, Kit est une trentenaire, travailleuse acharnée et passionnée par son poste de doctorante au sein du laboratoire de recherche du Docteur Severin qui travaille sur le TDPM (trouble dysphorique pré-menstruel) touchant des milliers de femmes et pouvant les amener à des actes de violence hors du commun.

« N’avons nous pas toutes le sentiment de stocker au plus profond de nous quelque chose qui attend son heure, la lente accumulation de sang chaud ? »

Alors que les places dans l’équipe du Docteur Severin sont limitées, Kit se voit mise en concurrence avec Diane. L’arrivée de celle-ci fait ressurgir les vieux démons du passé. Un accident tourne au drame et c’est l’engrenage… Kit se retrouve à nouveau liée à Diane par un lourd secret.

L’auteure nous place dans une sorte de huis-clos au sein de ce labo, « véritable nid de vipères » ou les gens se côtoient 60h par semaine sans s’apprécier ni chercher à se connaître. L’atmosphère est assez vite pesante, voir suffocante.

Dans ce roman tout tourne autour des femmes : Diane, Kit, le docteur Severin, Eleanor. Un histoire de compétition, d’emprise, de manipulation.

Malheureusement, j’ai trouvé le rythme top lent. Pour moi, un thriller doit me tenir en haleine, m’empêcher de dormir tant que je n’ai pas lu les dernières lignes et découvert le fin mot de l’histoire ! Ce ne fut pas le cas avec ce roman de Megan Abbott dont l’action m’a semblée tenir dans les seules 30 dernières pages. J’aurais préféré un roman plus condensé, en 200/250 pages et plus prenant.

 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s