Amour et sparadrap, un roman policier d’Exbrayat

Je l’avoue, j’ai un gros faible pour les romans d’Exbrayat : ses intrigues policières sur fond de romance et d’humour nous font voyager dans toute l’Europe. Dans le cadre du mois anglais, j’ai eu envie de m’arrêter sur Amour et sparadrap dont l’intrigue se déroule à Londres et joue sur la discorde entre anglais et irlandais.

amour-et-sparadrap

 

Titre : Amour et sparadrap

Auteur : Charles Exbrayat

Editeur : Le club des masques

Pages : 192

Année de parution : 1960

Genre : roman policier, humour, littérature française

L’histoire


Francis W. Bessett a tout du parfait gentleman. Mais lorsque, à quelques semaines de sa sortie d’Eton, il apprend le décès de ses parents dans un accident de voiture, sa vie bien rangée va basculer. Tout d’abord, parce qu’il découvre que ceux-ci ont été assassinés et qu’il décide de se lancer sur la trace des meurtriers. Et surtout parce qu’il croise un soir Maureen O’Mulloy dont les beaux yeux font chavirer son cœur. Mais la famille de celle-ci, composée de rudes gaillards irlandais aimant la bagarre, n’est pas de tout repos. Plaies et bosses sont désormais le lot quotidien de Francis Bessett !

 

Mon avis


Un excellent roman d’Exbrayat qui me fait rire de la première à la dernière page.

L‘intrigue policière est bien menée et jusqu’au bout on ne sait comment va se résoudre l’enquête. On passe d’un suspect à l’autre sans parvenir à découvrir l’assassin.

Exbrayat nous plonge via ce roman dans l’Angleterre des années 1960 et, de manière humoristique, au cœur des dissensions entre anglais et irlandais.

Les personnages, certes caricaturaux, sont extrêmement attachants. Mention particulière aux parents de Maureen : Patrick O’Mulloy un solide irlandais qui n’imagine pas régler ses problèmes autrement que par une bagarre et qui déteste les anglais, et Betty, son épouse, une anglaise (quelle ironie) qui désespère de ne jamais finir un repas de famille sans casse et fracas.

Les dialogues truculents s’enchaînent rendant le récit rapide à lire et dynamique.

– Je suis sous la protection de la reine ici ! Vous ne pouvez pas me laisser insulter par un Anglais que je ne peux pas rosser.

– Je croyais que la jeune Miss était votre fille?

– Non, ce n’est pas ma fille ! C’est une bâtarde ! Une dégénérée qui veut épouser un Anglais !

– Et alors, ou est le mal ?

– Naturellement, vous prenez leur parti ! Seigneur, donnez-moi la force de renverser ce grillage et je vous jure que je rends ma fille veuve avant ses noces.

Comme d’habitude, l’amour prend une place centrale dans le roman. Ici Francis, gentleman accompli qui s’exprime avec l’accent d’Oxford, sait porter un parapluie et se présenter n’importe ou avec distinction, tombe fou amoureux de Maureen, petit bout de femme au fort caractère. On n’aurait pu rêver couple plus disparate mais ils sont à la fois comiques et touchants.

«Il ne pouvait détacher son regard de cette adorable fille. Il balbutia :

– Miss…Oh ! Miss…

Interloquée, Maureen se demanda si elle avait affaire à un dément et, prudemment, elle recula quelque peu :

– Quelque chose ne va pas ?

– Oh ! Si… C’est merveilleux ! Tout est merveilleux… Je suis si heureux …

– Et bien ! Tant mieux ! En attendant, que désirez-vous manger ?

– Manger ? Mais je n’ai pas faim ! Pourquoi aurais-je faim ?

Bien qu’elle fut irandaise par son père, Maureen avait hérité de sa mère, une anglaise au bon sens solide, le goût de la logique.

– C’est un restaurant ici, vous savez ?

– C’est merveilleux…

– Et dans un restaurant, quand on y entre, c’est pour manger ! Qu’est-ce que je vous sers ?

– Ce que vous voudrez…

– Dites donc, vous ne vous ficheriez pas de moi, par hasard ?

– est ce que vous êtes mariée ? »

Conclusion : un roman drôle et sympathique à lire sans tarder !

 

Informations complémentaires


L’auteur

Auteur prolixe, Exbrayat a commencé sa carrière comme journaliste, auteur dramatique et scénariste. Ce n’est qu’après la 2nde guerre mondiale qu’il se tourne ensuite vers le style policier. Il excellera alors dans le polar humoristique avec notamment ses 2 célèbres personnages : la vieille fille écossaise Imogène et le volubile commissaire italien Tarchini.

Dans la même collection

A découvrir également la série des Tarchini, romans policiers dans la belle ville de Verone en Italie.

 

Publicités

11 réflexions sur “Amour et sparadrap, un roman policier d’Exbrayat

  1. Pingback: Chewing-gum et spaghetti, un polar humoristique d’Exbrayat | Nos lectures pour les enfants et pour les parents

  2. J’avais entendu parler de la série des Imogène (que j’aimerais beaucoup découvrir) mais je ne savais pas qu’il en avait écrit d’autres en dehors de ceux avec le personnage de l’écossaise. Celui-là me tente aussi beaucoup. Merci pour cette découverte !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s